Press "Enter" to skip to content

Samedi 3 Décembre 2022 : Edward Perraud trio : « hors temps »

Samedi 3 Décembre 2022 à 21h

Pour assister au concert 

La réservation préalable est obligatoire. Tarif:
  • 12 euro pour les membre + frais de billetterie (carte de membre à 3euro pour un an)
  • gratuit pour les moins de 18ans (réservation obligatoire)
Le nombre de places étant limité, nous vous conseillons d’envoyer votre demande de réservation au plus tôt. Réservation Une fois votre demande faite et en fonction des places disponibles, un e-mail vous sera envoyé avec le lien pour acheter le billet. Vous aurez ensuite 48 heures pour procéder au paiement, au-delà de ce délai nous ne garantissons plus votre réservation. L’achat du billet vous garantit une place au concert. Une fois le billet acheté veuillez suivre les indications ci-dessous:
  • Ouverture des portes 45 minutes avant le début du concert
  • Une présentation du billet, papier ou virtuel ainsi que votre carte de membre à jour, vous serons demandés pour accéder à la salle.
Nous vous garantissons que la musique sera belle et l’ambiance sympathique et conviviale.

Edward Perraud trio 

« hors temps »

album Hors temps prix du meilleur album 2022 par l’Académie Charles Cros
Avant de commencer cet opus, voici comment, avec mes propres mots, j’imaginais la musique que je voulais créer : « Composer une musique qui serait extra sensible, au-delà du sensuel, une musique d’amour éternel, infini, un amour qu’on peut ressentir au cœur de la nature et de l’art humain, sans forcément comprendre d’où elle jaillit. Jouer une musique qui serait vivante pour le présent mais aussi pour une autre vie hors d’atteinte, la pétrir, l’imaginer, l’invoquer,  la célébrer, pour qu’elle devienne le médium, le canal de ces chants intemporels et éternels. Une musique qui serait pourtant bien réelle, physique, atmosphérique, presque en lévitation, n’utilisant comme seul tempo que la connivence des instincts. Pour tout remettre en question, pour recommencer en faisant table rase. Essayer de capturer le cœur de ce qui pourrait continuer après le dernier souffle. Pour garder à l’esprit que nous ne faisons que passer à travers l’éphémère du son … ce doux rêve impossible que chacun désire encore à chaque instant. » « N’importe où ! N’importe où ! pourvu que ce soit hors de ce monde !… hors de ce monde ! » Cette citation tirée d’ Anywhere Out of the World (Petits poèmes en prose, Les paradis artificiels) de Charles Baudelaire a toujours eu une place particulière dans mon imaginaire. Comme si nous pouvions nous extraire de ce monde, suspendre le temps, figer l’espace. La musique est, selon moi, la façon la plus élégante de partir, de s’évader, tout en restant en vie. L’usage du mot « hors » (« out ») dans ce vers me fascine. J’ai fait quelques recherches et voici ce que j’ai trouvé : on ne peut jamais attraper le cheval fougueux qui court, qu’on ne peut plus voir… hors champ…(hors…[out]…horse…) Le mot « hors » en français est relié à « « hurry » en anglais, « ross »(« horse ») en allemand, courir (« run ») en français. Du proto-germanique hursan (« cheval »), de « hrussa » (« courir, coureur »), de l’indo-européen « kers » (« courir »). Finalement, le présent n’est ni mesurable ni palpable, il passe et incarne parfaitement l’instant, il injecte dans chaque événement le sentiment éphémère de l’éternité… il est impossible de l’apprivoiser autrement qu’en acceptant ce qui est. C’est ce cheval de course qui nous échappe à jamais. La quête pour essayer de convertir cette impression en musique est vaine, mais essentielle. Hors de portée, hors de vue, hors d’esprit, hors-la-loi, hors de propos, hors règles, hors phase, hors les murs, hors catégorie, hors de question, hors-série, hors service, hors cadre, hors pair, hors d’usage, hors de moi, hors du système, hors, hors de portée, hors contexte, hors du chemin, hors de doute, hors des limites, hors de contrôle, hors de l’ordinaire, hors d’ici, hors du temps, HORS TEMPS. Puissent ces musiques, aujourd’hui gravées, accompagner les âmes désireuses de se libérer, de voyager et d’aimer. Before I started this opus, here is how, in my own words, I pictured the music I wanted to create: « To compose a music that would be extra sensitive, beyond sensual, a music of eternal love, infinite, a love one can feel at the heart of nature and human art, without necessarily understanding where it springs from. To play a music that would be alive for the present but also for an « after life » beyond reach, to knead it, to imagine it, to summon it, to celebrate it, to become media, channels for these timeless, eternal chants. A music that would be very real though, physical, atmospheric, almost levitating, using the colluding of instincts as its sole tempo. To question everything anew, to start from a clean slate. Trying to capture the core of what might continue after the last breath. To keep in mind we are passing, through the ephemerality of sound… this sweet impossible dream one still craves for every moment. » « Anywhere! Anywhere! provided it is out of this world! »… »hors de ce monde! » This quote taken from « petits poèmes en prose, Les paradis artificiels » Anywhere Out of the World by Charles Baudelaire has always had a special place in my imaginary. As if we could extract ourselves from this world, suspend time, freeze space. Music is, in my opinion, the most elegant way to go, to escape, while remaining alive. The setting of the word « hors » (« out ») in this verse fascinates me. I did some research and this is what I found: You can never catch up with the fiery horse that is running, that one cannot see anymore… hors champ…(hors…[out]…horse…)The word « hors » is linked to hurry in English, Ross(« horse ») in German, courir(« run ») in French. From Proto-Germanic *hursan(« horse »), from*hrussa(« run, runner »), from Indo-European*kers(« run »). Eventually, the present is neither measurable nor palpable, it passes and perfectly incarnates the instant, it injects into every event the ephemeral feeling of eternity… it is impossible to tame it any other way than by accepting what is. It is this running horse that escapes us for ever. The quest to try and convert this impression into music is vain, but essential. Out of range, out of sight, out of mind, outlaw, out of scope, outside the rules, out of phase, outside the walls, out of category, out of light, out of bound, out of date, out of the blue, out of order, outstanding, out of my mouth, outside the system, out, out of reach, out of context, out of the way, out of doubt, out of the limits, out of control, out of the ordinary, out of here, out of time, HORS TEMPS. May these musics, now engraved, accompany the souls eager to free themselves, to travel and to love. Label Bleu / L’autre distribution Sortie le 2 avril  2021 Lien video :
Articles de Presse: ICI

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.