Press "Enter" to skip to content

Samedi 10 Avril 2021: Daniel Zimmermann quartet « Dichotomie’s » – code: ojc1004

Samedi 10 Avril 2021 à 21h

Ce concert sera sans public dans la salle mais diffusé en live sur Internet suivi d’une interview des musiciens

Ouverture de l’accès 15 minutes avant le début du concert

Prix des places 5 Euros plus 0,46 Euros pour les frais de billetterie.

La billetterie sera fermée à 19h le jour du concert.

Pour acheter votre ticket, utilisez ce lien: TICKET

Le numéro de votre billet sera impérativement à utiliser pour la connexion pour accéder Au live le soir du concert.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas : contact@losonsjazzclub.fr

Pour visualiser le concert, utilisez ce lien : CONCERT

Code pour accéder au concert: ojc1004

Si vous rencontrez des difficultés lors de la connexion merci de lire ce document : Conseils pour les concerts en live streaming de l’Osons Jazz Club

Daniel Zimmermann quartet « Dichotomie’s »

Tromboniste du dernier groupe de Claude Nougaro, Manu Dibango puis Tony Allen, co-leader avec Thomas de Pourquery d’un groupe jazz puis plus rock de 1997 à 2014, fondateur d’un trio avec Manu Codjia et Vincent Peirani  pendant les années 2000, premier prix de soliste au Concours de la Défense en 2002, Daniel Zimmermann a été en 2014 le premier tromboniste nominé aux Victoires du Jazz suite à la parution de « Bone Machine ».

Trois ans plus tard, « Montagnes Russes» (Label Bleu) réalisait un grand chelem des distinctions de la presse spécialisée.

Au fil des années, il a développé un style profondément personnel, alliant l’expressivité originelle du trombone à un phrasé fluide et virtuose . Le son est clair, doux et perçant à la fois. Le discours, comme compositeur ou comme soliste, est celui d’un mélodiste avant tout, qui chante et cherche à aller droit au cœur.

Toujours avec le soutien de Label Bleu, voici « Dichotomie’s », une formation plus expérimentale, à l’instrumentation inédite, qui réunit aux côtés de Zimmermann trois belles rencontres et fortes têtes du monde des musiques improvisées. Au piano, Benoît Delbecq est une des figures les plus singulières de ces vingt dernières années ; son jeu d’une grande poésie s’inspire aussi bien de la musique contemporaine que de l’électro. Saxophoniste virtuose et soliste hyper lyrique, Rémi Sciuto assume ici brillamment le rôle de bassiste au saxophone basse, pari osé sur une telle musique mais réussi. A la batterie enfin, le maître « ès polyrythmies » Franck Vaillant ne cesse de trouver de nouvelles formes d’expressions sonores.

La musique de l’ensemble se déplace au fil des jazz et des musiques dites « actuelles », passant les étiquettes à la moulinette pour obtenir une mixture bouillonnante et réjouissante, qui ne s’embarrasse d’aucune contrainte.

Un superbe quartet où ne se pressent que des individualités importantes du jazz contemporain. (…) Un régal pour le spectateur . (Télérama)

Sur ce répertoire hors des sentiers battus, entièrement signé de sa main, Daniel Zimmermann , dont le phrasé et la virtuosité étonnent toujours, montre une fois de plus qu’il est un atout majeur du jazz hexagonal actuel (Jazz Magazine)

Un lyrisme rare.(…) Il raconte ses histoires, chante ses bonheurs et sa mélancolie, avec cette légèreté grave qu’il déploie avec talent à chaque mouvement de coulisse (La Terrasse)

Pour réussir cette prouesse qu’est « Dichotomie’s », Daniel Zimmermann a réuni autour de lui trois musiciens exceptionnels pour constituer une formation expérimentale à l’imagination et à la créativité débordantes … et très fortement jouissives ! L’album idéal pour tous ceux qui n’ont pas froid aux oreilles (Paris Move).

Les quatre compagnons s’en donnent à cœur joie, jamais à court de surprises rythmiques et d’élans poétiques glissés au cœur de leur conversation… « Dichotomie’s » a les allures d’un recueil de nouvelles ; on ne risque pas de s’ennuyer un seul instant (Citizen Jazz)

Neuf plages souvent stupéfiantes…. On est emporté, séduit. (Notes de Jazz)

Un album original de bout en bout et traversé par une fougue inextinguible.(Jazz Halo, Belgique)

Loin des musiques classifiables dès les premières mesures, voilà un disque où Zimmermann balade une fois de plus sa classe et sa virtuosité au gré de son inspiration (JazzNicknames)

Les mélodies de Zimmermann sont celles que l’on peut chanter. Mais derrière leur apparente facilité transparaît une certaine complexité et de ce désordre organisé naît la musique aboutie et attrayante de cet album. (Couleurs Jazz)

Leur musique rassemble musiques savantes et populaires dans un creuset jouissif (Jazz à Babord).

extrait Album

video

Audio

Dossier de Presse:

LOGO SPEDIDAM

Comments are closed.